Creative Commons Project

    VivaMexico.info s'associe au projet Creative Commons

            et participe à l'élaboration d'un nouvel espace de liberté sur le web...

 

Les contenus du site sont mis à votre disposition dans le cadre de cette licence « Creative Commons »

Version officielle de la Charte élaborée pour participer au projet "Creative Commons"

que l'on peut traduire par « Mise en commun respectueuse des oeuvres artistiques »

 

Creative Commons Project

Mars 2017


Creative Commons propose des contrats-type pour la mise à disposition d'œuvres en ligne.

Inspirées par les licences libres et le mouvement "Open source", elle vise à réguler et à démocratiser les usages les plus courants que les internautes font du net et de ce qu'ils y trouvent, comme dans le cas des téléchargements d'images, de textes ou de sons.

La charte Creative Commons facilite et encourage l'utilisation et la réutilisation d'œuvres produites et diffusées par le réseau internet en les considérant comme des biens communs comme pour le présent site « vivamexico.info » (textes, photos, musique, logo, idées…).

Cette charte se base sur la responsabilité des personnes et le respect mutuel de chacun.

Au lieu de soumettre tout acte ne relevant pas des exceptions légales à l'autorisation préalable des titulaires de droits d'auteur, les licences Creative Commons permettent d'autoriser à l'avance le public, dans son sens le plus large, à effectuer certaines utilisations des œuvres mise en commun selon les conditions exprimées par l'auteur

Dans le cas de ce site, je mentionne dans la plupart des cas la sources des images, photos et dessins lorsqu'elles sont soumises à ces licences en y apposant le picto Creative Commons : BY NC SA. Lorsques ce sont mes propres photos, je ne rajoute pas mon nom. Lorsqu'elles sont d'un autre auteur, j'y ajoute son nom et le lien vers le document original. Lorsqu'il n'y a pas de mention, c'est que l'œuvre est libre de droit ou le plus souvent appartenant au domaine public.


 

Creative Commons Project

Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'Identique

 

Vous êtes libres :

- de reproduire, distribuer et communiquer cette œuvre originale pour votre usage personnel

- de modifier cette œuvre originale pour votre usage personnel

- De citer mon nom, Erwan Corre, ou le nom de l'auteur lorsqu'elle figure sous le document (image, photo, dessin...) en tant que créateur de l'œuvre originale que vous utilisez à votre tour...

 

Selon les conditions suivantes :

Creative Commons : Attribution

Attribution
Toutes les licences Creative Commons obligent ceux qui utilisent mes oeuvres à me créditer de la manière dont je le demande, sans pour autant suggérer que j' approuve leur utilisation ou leur donner votre aval ou votre soutien.

Creative Commons : Pas d'Utilisation Commerciale

Pas d'Utilisation Commerciale
J'autorise les autres à reproduire, à diffuser et à modifier votre œuvre, pour toute utilisation autre que commerciale, à moins qu'ils obtiennent mon autorisation explicite au préalable.

Creative Commons : Modification possible

Partage des Conditions Initiales à l'Identique
J'autorise les autres à reproduire, diffuser et modifier mes œuvres, à condition qu'ils publient toute adaptation de votre œuvre sous les mêmes conditions que celles qui président à la diffusion des mes oeuvres sur ce site internet. Toute personne qui souhaiterait publier une adaptation sous d'autres conditions doit obtenir mon autorisation explicite préalable.

Mention des Licences Creative Commons utilisées sur le site

Ces logos sont progressivement mis en place sur le site VIVAMEXICO.info,
ils vous indiquent les éléments présentés sur ce site « Photos », « Textes » et « Cartes »
sont mis à votre disposition pour votre usage personnel en accord avec cette charte Creative Commons.


A chaque réutilisation ou distribution pour votre usage personnel ou dans un but pédagogique (écoles, exposés, site web...) vous devez faire apparaître clairement aux autres les conditions contractuelles de mise à disposition de cette création pour que eux-mêmes puissent en bénéficier en toute transparence et en connaissance de cause.

Pour chaque utilisateur de ce site internet, chacune de ces conditions peut être levée si vous souhaitez obtenir l'autorisation du titulaire des droits, ici en l'occurence, Erwan Corre ou l'auteur mentionné sous l'œuvre présentée.

Si vous souhaitez utiliser un ou plusieurs des documents du site "vivamexico.info" (textes, images, photos...)
où figurent les logos Creative Commons : BY NC SA (cf. exemple ci-dessus) dans un autre but que celui spécifié par la charte Creative Commons, comme dans le cadre d'une action commerciale ou publicitaire, veuillez me contacter directement par mail à l'adresse suivante :

 


L'utilisation des Droits « Creative Commons » n'affecte en rien les droits du créateur en tant qu'utilisateur
(exceptions au droit d'auteur tel qu'il est appliqué en France :
copies réservées à l'usage privé du copiste, courtes citations, parodie...)

Accédez aux Résumé Explicatif du Code Juridique (la version intégrale du contrat en anglais).

Pour en savoir plus :

« Une cinquantaine de sites francophones sous contrat Creative Commons",
par Michel Briand - 21/12/2004

http://www.a-brest.net/article1101.html

Les différents types de Licences proposées, en français :

http://creativecommons.org/license/?lang=fr

C'est pour moi un plaisir et un honneur de participer à ce projet qui je l'espère nous permettra de réaliser une communauté d'esprit qui souhaite construire et échanger dans le respect mutuel.

Je vous invite à vous joindre à ce projet en propageant les idées et les principes qu'il véhicule...


 

Le 16 décembre 2012, le projet de licence Creative Commons fête ses 10 ans !

Creative Commons Project

En 2012, es licences Creative Commons fêtaient leur dix ans

Bernardo Sampa - # 20 minutos - 15 décembre 2012

Pendant une semaine, le monde célèbre cet événement par de multiples manifestations, des campagnes et des réunions pour célébrer l'anniversaire des licences Creative Commons qui ont su créer une alternative plausible à la stricte législation du « tous droits réservés » ou du « droit d'auteur ». En Europe, en Amérique et ailleurs, de nombreuses commémorations serviront à faire davantage connaître cette alternative aux droits habituels de diffusion et de reproduction des œuvres graphique et intellectuelles sur internet. Au Mexique par exemple, Wikimedia a lancé un editatón (un marathon...) pour améliorer les articles de Wikipédia concernant la licence Creative Commons. Et il en est commémorations très longues.

Le monde célèbre donc le combat pour le droit d'auteur. Et cela fait couler beaucoup d'encre. Fait intéressant, certaines personnalités reconnues du monde libre se montrent cependant très critiques comme notamment David Garcia Aristegui qui a écrit "Dix ans de Creative Commons : Quelque chose à fêter ?" dans LaMarea.com. Le texte s'interroge sur la part grandissante que prennent ces licences sur le marché de la création artistique au détriment des véritables créateurs et de mettre en place une nouvelle ère du « tout gratuit ». Cependant, les milieux les plus conservateurs comme Le Confidentiel commencer à faire l'éloge de certains types de licences qui jusqu'à très récemment étaient encore peu connues voire invisibles, parce qu'elles font partie d'un marché alternatif qui reste a priori confidentiel. Que se passe-t-il alors ? Creative Commons? Cataloguer les créateurs de cet nouvelle forme de droit d'auteur de Talibans et de causer la perte du monde culturel ? Alors?

Les lecteurs réguliers de ce blog (http://blogs.20minutos.es/codigo-abierto/2012/12/15/diez-anos-de-creative-commons/ - NDLR) savent exactement ce que Creative Commons. Mais bon nombre probablement n'ont jamais entendu parler de ce type de licence. Je vais donc essayer d'expliquer d'une manière simple pourquoi je crois aux licences Creative Commons qui pour moi bénéficient à toute l'humanité. Bien sûr, il y a des critiques de Creative Commons. Le marché ne peut s'en prévaloir pour réduire le coût de la production ou de la valeur de certaines œuvres. Elles sont fondées sur le droit d'auteur, comme le copyleft (mais est une forme de piratage). Le copyleft est une licence (et mouvement) plus grand: seulement trois des six licences Creative Commons (Espagne) sont copyleft. La reconnaissance de la paternité individuelle prévaut contre la nature collective de l'œuvre du domaine public. D'autres licences, comme la copie à l'extrême gauche (ce qui serait le plus ouvert de Creative Commons, qui permet l'exploitation commerciale de l'œuvre d'autrui), revendiquant la propriété des moyens de production par le créateur. Cependant, je pense que l'avantage de l'existence de Creative Commons a été formidable. Les licences Creative Commons sont bonnes pour l'humanité. Beaucoup de choses ont changé. Ils ont ouvert une porte. Ils sont bons pour l'humanité parce que...

Parce qu'ils ont créé un marché alternatif
Quand Lawrence Lessig, Hal Abelson et Eric Eldred, entre autres, a lancé les licences Creative Commons ont peu d'options à «tous droits réservés» copyright. Tombé dans le domaine public, on se libère tous les droitsqui encadrent une œuvre. Il y avait un copyleft, sur la base des quatre libertés du logiciel libre énoncés par Richard Stallman. Appliquer les libertés du logiciel libre à un travail culturel permet à quiconque d'utiliser, de modifier, de distribuer et d'améliorer publics changements de décision. Cependant, il y avait un moyen terme qui permettrait au développeur de choisir le degré de liberté dans son travail. Avec Creative Commons, l'auteur peut choisir le «certains droits réservés» et donner du travail au secteur privé et chargé s'il ya une utilisation commerciale par un tiers. Vous pouvez libérer complètement le travail de la "Libre de droits". Ou vous pouvez fermer les «tous droits réservés». Parce encourager la transparence. La plupart des licences Creative Commons permettent exemplaire gratuit du contenu.

Le fait que les contenus peuvent être copiés et diffusés en toute transparence reforce leur impact
Les gouvernements ou institutions utilisant des licences libres y ont vu immédiatement leurs intérêts. La Maison-Blanche, le Parlement italien, le Parlement de l'Australie, le portail de données ouvertes du Brésil ou de l'Institut de statistique Catalunya utilisent les licences Creative Commons. La liste est longue et augmente chaque jour.

Créer une nouvelle éthique de l'attribution
L'éthique dont parle le hacker Pekka Himanen dans son livre devenu désormais mythique (à télécharger ici) est différente. Elle est fondé, entre autres, dans le collectif, dans l'octroi, dans le partage, la collaboration. Utiliser les licences ouvertes, ouvrir le code d'un travail, qui veulent circuler en dehors de la valeur de marché, une porte s'ouvre sans précédent dans le monde du droit d'auteur. J'ai passé de nombreuses années la publication des textes avec des licences ouvertes. Et je n'ai jamais pensé «lvoler le travail» de personne. Ils citent la source, respecter mon travail en toute connaissance de cause. Les licences Creative Commons exigent l'attribution (reconnaissance de la source).

Elles permettent d'encourager la diffusion des connaissances
La culture vaut plus que le marché. L'accès aux savoirs et la connaissances doit toujours être supérieure à la valeur que leur attribue le marché. Les licences Creative Commons visent justement la libre circulation des connaissances. La liste des collèges et des centres de formation recourant aux Creative Commons sont largement disponibles et elle offrent des ressources immenses pour le développement de chacun. Le projet Harvard Open Access de l'Université de Harvard est un bon exemple. Bien que le gouvernement de l'Espagne tente de rendre l'université publique accessibles uniquement aux riches, des université de qualité et gratuite émergent partout dans le monde. Et en partie au moyen de licences ouvertes.

Parce qu'ils sont bons pour le journalisme
Dix ans de Creative Commons : Quelque chose à fêter ? Pour Aristegui licences, les Creative Commons sont néfastes pour le journalisme. Je ne suis pas du tout d'accord. Elles sont bénéfiques. Avec 20 Minutes, pionnière dans l'utilisation de Creative Commons, nous voici avec un bon exemple de la réputation acquise grâce à la cross-attribution et la transparence. Toutes les publications regroupées ici le sont sous Creative Commons Nature. Par exemple pour 'Al Jazeera, ProPublica ou le site d'investigation journalistique Spot.us. En photographie, il ya de nombreuses réussites, comme le photographe Jonathan Worth, qui grâce à Creative Commons réussi à se faire connaître par le marché. Cela permet de faire tourner Flickr et y télécharger une photo et l'utiliser via les Creative Commons a été à l'origine d'une petite révolution dans le monde du photojournalisme. Et je pense que c'est très bien. Le cas de Fotomovimiento.org (Espagnol 15M mouvement) ou ne Eixo Fora au Brésil (qui ont déjà réussi couvertures dans la Folha de São Paulo), est un autre bon exemple.

Parce que légitimer le remix
Certains types de créations sont diffusées sous licence copyleft Creative Common et permettre les travaux dérivés. Modifiez le travail est non seulement légitime, mais cela peut l'enrichir. Dans la musique, les communautés sont nées des œuvres libres comme Jamendo, que tout le monde peut remixer. En littérature, des projets ont émergé comme mon Remix éclairé qui encouragent les réemploi des textes et leurs remixages. Certains auteurs, comme Cory Doctorow sont devenus populaires en se servant des licences Creative Commons. Sans cette possibilité dans la cadre de mon travail à # 24H, l'application stricte du droit d'auteur aurait renud mon travail impossible. De Ramayana à Picasso, le projet de Mastersinger 15M.cc, le remix est un bien immense pour l'humanité.

Pour une société constructive, des valeurs partagées, et de la solidarité
Le cas de l'Espagne est un peu particulière. La société espagnole est celle qui en Europe a le plus poussé la culture du libre, copyleft, le remix, l'ouvert, le partagé. En fait, jusqu'en 2011, l'Espagne était au sommet de tous les classements en termes de travaux régis par les Creative Commons. Dans CC Monitor (non encore actualisé), l'Espagne occupe le deuxième rang, presque à égalité avec les Etats-Unis pour le nombre de publication. Bien qu'il n'y ait pas de chiffres exhaustifs et actualisés, ce chiffre peut être beaucoup plus élevé, on recense pour l'Espagne près de 9.224.224 ouvrages selon l'outil de monitoring des licence Creative Commons. Près de 4 fois plus que l'Allemagne. Sept fois plus que le Royaume-Uni. Aujourdhui, l'Espagne est non seulement largement initiée à la culture Creative Commons, elle en est aussi largement l'architecte. De nombreux juristes, comme Javier de la Cueva et David Bravo, bataillent ensemble pour diffuser leurs travaux sur les licences ouvertes. Et un nombre croissant de médias (qui feront l'objet 'un prochain post sur ce blog). Toutefois, le gouvernement espagnol est l'un des plusen retadr sur la question des licences ouvertes dans leurs sites officiels et l'un des plus en rétive dans l'application des lois numériques telles que la loi Sinde-Wert. L'adoption du décret Digital Canon, qui avait été déclarée illégale par l'Union européenne, tout comme les commémorations déchirées des dix ans de Creative Commons, est très symptomatique. Entre la société et le pouvoir, le divorce ne cesse de croître. Et Creative Commons aide finalement à la création de la République de 99%.

Libre traduction du texte du journaliste Bernardo Sampa commémorant les 10 ans des Creative Commons

Texte original : http://blogs.20minutos.es/codigo-abierto/2012/12/15/diez-anos-de-creative-commons/

Creative Commons : le site officiel francophone : http://creativecommons.fr/

Creative Commons Project